- imprimer la page -

Demeure la victoire de ma trace

"A trente-trois ans j’ai déjà avalé trois mille cent cinquante-cinq comprimés, pour protéger mon corps contre les enfants, et me construire une carapace, comme Jeanne d’Arc portait une cuirasse et restait vierge pour consacrer sa vie à sa mission. Je n’ai jamais eu de carte bleue, j’ai recopié des dizaines de textes et de livres, dont une partie de la Bible et le procès (de Jeanne) pour me plonger dans les sources et tuer les intermédiaires.

Je construis des œuvres qui ressemblent à des monolithes, à des électrocardiogrammes ou à des enveloppes corporelles que je porte, nue.
Je travaille en associant différents matériaux (des bandelettes de papier, des plaquettes de pilules, des tickets de caisse, des mèches de cheveux qui m’appartiennent, du plâtre, des barres de fer et des photographies), et je propose dans mon travail artistique des questionnements sur un nouveau monde à inventer, en partant à la redécouverte de l’aspect charnel de l’écriture manuscrite et en cherchant le sacré à travers la manière dont mon corps habite, épouse ou se protège dans mes créations."

Brigitte Roffidal

Exposition visible du 16 février au 7 avril au château de Tours [1]

Commissaire : Bob Jeudy

Exposition ouverte au public du mardi au vendredi de 14h à 18h, samedi et dimanche de 14h15 à 18h.

Entrée libre


© La plus petite galerie du monde (OU PRESQUE) - 2013